Journal d'une (jeune) maman

Journal d’une (jeune) maman #5 : Mes indispensables de jeune maman:

1490633813099

Cette liste de mes indispensables ne se veut ni matériel ni très sérieuse (quoique..) Mais pourtant c’est à méditer ! Et surtout en amont, lorsqu’on est enceinte et qu’on a encore le temps de le faire.

  1. Une tête. Ou un agenda, à vous de voir. Il m’a fallu un certain temps pour intégrer que désormais les sorties ne pourraient plus se faire sans un minimum (je dis bien un minimum parce que je reste malgré tout assez zen sur le sujet) d’organisation. Penser aux couches/cotons/liniment, tout pour le change si on sort plus d’une heure par exemple. Potentiellement (si vous avez un bébé vomito -comme j’ai eu- ou un bébé pro du caca quand il faut pas et qui déborde) un change complet, parce que bon on peut pas le laisser dans son caca. Maintenant qu’il grandit (11 mois bientôt) il faut penser à prendre un biberon d’eau ou de lait de riz, prendre des galettes de riz pour grignoter (avec les dents qui pousse il apprécie en grignoter) voire une compote de secours si l’heure du goûter approche. Et je ne parle pas des différents rendez-vous, les premiers mois il en faut pas mal pour faire peser bébé, surveiller ci ou ça… Bref, avoir un bébé ça demande une certaine organisation et une certaine rigueur. Adieu ma spontanéité et mon insouciance !
  2. L’anti-cerne. Avant, j’aimais me maquiller. Avant j’avais le temps. Maintenant je vais au plus simple et je suis devenue pragmatique. M’amuser à prendre vingt minutes pour ça devient assez peu envisageable (sauf si je m’y prends vachement en avance et que j’accepte d’être coupée 10 fois pendant le maquillage). Dans l’absolu, ça ne me manque pas spécialement. Maintenant, j’ai un anti-cerne, j’en mets sur mes … cernes oui. Et un peu de blush et hop j’ai l’air aussi fraîche qu’une jeune fille qui se réveille après une nuit de 12h (…).1490634798356
  3. Une bonne machine à laver (et si possible à sécher !) (et de la lessive…) (A éviter: le fer à repasser…) Autant je suis zen et cool sur la propreté de l’appartement (je ne suis pas spécialement maniaque), autant je ressens le besoin d’avoir du linge propre et bien rangé.Les habits tâchés ne font pas long feu chez moi et les armoires en désordre m’horripile au plus au point. Alors avec un bébé… C’est minimum un change complet par jour. Comme je l’ai dit, j’ai eu un bébé très renvoi et vomi. Et impossible de le laisser dans l’humidité. Autant les tâches, bon, ça peut attendre le soir que ce soit l’heure du pyj mais laisser bébé dans son jus de vomi … Bref, j’ai fait tellement le lessive que je ne pourrais même plus dire à combien par semaine ça a tourné. Et nous ne sommes « que » trois (quatre parfois quand la grande sœur de Choubi est là), je n’imagine même pas les familles nombreuses ou avoir des jumeaux (ou plus). Pour en revenir au fer à repasser, autant dire que j’ai très très très vite laissé tomber. Trop de boulot, trop de retard surtout. Et je ne déteste rien plus que le linge propre qui traîne. Alors je plie soigneusement, et je fais de beaux tas que bébé s’amuse maintenant à déranger tant que possible.
  4. Une personne sur qui se reposer. Un*e conjoint*e, des frères/soeurs, parents, oncle/tante, ami*e*s … Bref quelqu’un de confiance qui pourra vous aider. Pour vous reposer ou pour le ménage, ou pour n’importe quoi qui pourrait vous soulager. On a beau dire, avoir un bébé c’est merveilleux mais concrètement c’est aussi épuisant. Pour le peu que vous soyez seul*e ou allaitante, un peu de répit avec une personne en qui on peut avoir confiance est un cadeau extrêmement précieux. Parfois le temps de prendre une douche, de faire deux/trois courses sans bébé, de passer l’aspirateur, bref de faire quelque chose de tout bête mais juste seul*e, sans bébé.
  5. Une boisson ou un repas-doudou. Quelque chose qui vous réconforte lors d’une pause pendant une sieste (si courte soit-elle) de bébé. Pas besoin que ce soit un truc gras ou sucré (et pourquoi pas d’ailleurs !!) Moi c’est du thé vert japonais. C’est ma boisson doudou, j’en bois des quantités phénoménales depuis l’accouchement, à chaque fois ça me donne l’impression de me réchauffer du dedans, de m’apaiser. C’est tout bête mais avoir une nourriture-doudou ça fait du bien. C’est comme une petite récompense que l’on s’accorde, un temps-calme. Bon, j’en ai d’autre qui change au fur et à mesure, mais le thé vert c’est la permanente de cette année passée. 1490541126599
  6. Un endroit où poser bébé en sécurité. Un lit à barreaux, un parc, un transat (où il est attaché), bref quelque part où l’on peut mettre bébé si on sent qu’on n’en peut plus. Oui, il faut le dire, ça arrive. Ça arrive de se sentir au point de rupture et de devoir se prendre même 5 minutes pour reprendre sa respiration alors que bébé hurle. Faut être réaliste, si bébé ne pleure pas pour ennuyer le monde, les parents n’en sont pas moins des êtres humains qui peuvent être à bout. Et avoir cet endroit, juste savoir qu’il est là, même si au final on ne l’utilise jamais, ça fait du bien. Pouvoir se dire « si j’en peux plus je vais le poser 5 minutes, en sécurité, le temps de respirer, reprendre mes esprits ». Avoir une sorte de bande d’arrêt d’urgence. Je ne suis pas pour la méthode qui consiste à laisser pleurer les bébés, pour autant je ne pense pas qu’on mette la santé mentale de bébé en danger en le laissant pleurer, surtout quand on est au bout du bout. Mieux vaut un bébé qui pleure en sécurité et un parent qui respire quelques instants, qu’un dérapage involontaire. Ça peut sembler grave ce que je dis là mais je pense que beaucoup beaucoup de parents sont parfois arrive au point de rupture, et s’autorisent alors ce moment de répit. Autant avoir un endroit dédié. Comme le dit le célèbre adage, mieux vaut prévenir que guérir. Personnellement, je n’ai pas eu un nourrisson qui pleure beaucoup (même s’il était très demandeur et exigeant) mais je conçois que quand on a un bébé qui pleure tout le temps, sans répit et sans qu’on ne parvienne à comprendre la cause, on puisse se sentir à bout. Et à plus forte raison pour les parents seuls. Bref, un endroit pour bébé, un endroit sécurisé, une porte de secours en cas de besoin. D’ailleurs même sans être épuisé, une urgence peut arriver à tout instant, sait-on jamais.
  7. Du gel nettoyant, quelque chose pour se laver les mains rapido. Alors ça c’est vraiment le truc ultra pratique. Toujours une petite bouteille dans le sac, la poche, et je suis toujours heureuse de le trouver après le métro ou n’importe quoi qui me semble sale. C’est peut-être pas top pour la peau, mais ça dépanne bien et je préfère en mettre un peu sur mes mains plutôt que toucher bébé avec les doigts plein de je-ne-veux-pas-savoir-quoi du métro !1490634403732
  8. Une bouteille d’eau (à plus fortes raisons lorsqu’on allaite). L’eau c’est un peu un remède à tout. Ça et des mouchoirs. Bébé s’est sali les mains? Hop petit coup d’eau. Il a fait un renvoi et en a dans le cou (ou autre) hop petit coup d’eau. Maman crève de soif? Hop petit coup d’eau. Et qu’est-ce que j’ai pu avoir soif au début de mon allaitement ! J’étais intarissable.
  9. Un babyphone. Même dans un appartement parisien de 33m2! Je trouvais ça ridicule au début, avec deux pièces, ça va quoi. Ouais. Puis j’ai eu envie d’aller aux WC. De prendre une douche. Et j’étais super stressée de pas entendre bébé, alors j’arrêtais l’eau 15 fois et je sortais la tête de la douche, les cheveux plein de shampoing. Et surtout, de finir ma douche en 5 minutes alors que comme par hasard, pour une fois, il dormait super bien. Et là le babyphone m’aurait permis juste de respirer, de ne pas penser à bébé le temps d’une douche, parce que je l’aurais entendu directement. C’est tout bête, mais c’est une astuce qui apporte du confort de vie et un peu moins de stress à mon sens. Je ne pensais pas être du genre à stresser dès que bébé pleurerait au final je courais tout le temps partout, donc un babyphone = des douches et des pipis sereins.
  10. Trouver le moyen de prendre du temps pour soi. On en revient quelque part au point numéro 4 mais vraiment, c’est indispensable. C’est quand j’ai fait ma rééducation abdominale que j’ai ressenti à quel point j’avais besoin de temps pour m’occuper de moi. Même peu de temps, juste une heure une fois ou deux par semaine. Ne penser qu’à soi. Maintenant je me suis mise au sport, je m’autorise 1h30 trois fois par semaine pour moi. Juste pour ME faire du bien. Et ça change une vie, sortir de chez soi, sans bébé voir d’autres personnes etc. Et pourtant je fais partie de ces gens qui ne se lassent pas d’être avec bébé, qui aiment profiter chaque instant de lui. Mais tout de même, ça fait du bien. Aller boire un verre entre copains ou copines. Aller se faire un ciné. Aller faire un petit tour. Que sais-je ! 1490633916725

Voilà, je pense avoir évoqué les points principaux du kit de survie. En tout cas en me disant qu’il fallait que je parle de ça sur mon blog, ce sont les points qui me sont venus spontanément. Cela pourrait aller de paire avec un article évoquant les changements, l’avant/après bébé.

J’espère que cela vous parlera, n’hésitez pas à me donner vos indispensables à vous !

Des Bisous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s