Journal d'une femme enceinte

Journal d’une femme enceinte : #9 : La grossesse et la réflexion (prématurée) sur l’éducation.

6a00e550b7476c88340120a5e658d2970b-500wi

Illustration : Margaux Motin

Plus mon ventre enfle, plus je réfléchis à l’éducation. Pensées un peu prématurées, j’en conviens. Mais je réalise toute l’importance de cette réflexion, j’entends par-là qu’au même titre qu’on apprend à être maman, on apprend à donner une éducation. Ce n’est pas inné, loin de là, ce n’est pas non plus facile et c’est tellement important de se poser des questions, de se remettre en question surtout.

Avant, plus jeune, j’avais tout un tas d’idées toutes faites et bien lisses dans mon esprit. Et puis, j’ai rencontré mon amoureux. Lui et sa propre éducation, celle qu’il a reçu, celle qu’il donne à sa fille. Et tout a changé.

J’ai réalisé à quel point on peut se fourvoyer dans des principes et des préceptes tout faits. Et à quel point ça peut être une erreur.

J’ai adoré voir cette petite fille libre, qui n’est pas constamment retenue par des carcans, des interdits, des attentions et des fais pas ci, fais pas ça. J’ai réalisé à quel point les adultes peuvent brimer et empêcher la spontanéité des enfants en voulant les calquer sur nous, sur nos problèmes avec le regard des autres, nos problèmes avec les règles de vie en société. Mais les enfants ont encore le droit, dans une certaine mesure évidemment, de s’en passer.

Ils découvrent, explorent et peuvent s’exprimer très librement, et ça vaut la peine de les laisser faire leurs expériences et leurs bêtises même parfois. Qu’importe ? Il y a des petites, des moyennes et de grosses bêtises. Et il faut apprendre, vraiment, à relativiser. A respirer et rire même de certaines choses.

Alors je suis d’accord pour dire qu’il est important de donner des règles à respecter aux enfants, mais disons que j’espère apprendre à en avoir une liste courte et efficace. Ne pas me perdre dans les « non » répétitifs et aveugles, la peur qu’ils se salissent, tombent, embêtent les gens. Je ne veux pas avoir un enfant effrayé par le monde, la vie et les autres. Je veux qu’il puisse évoluer naturellement en se moquant du regard des autres parce qu’il est tout dégueu à se rouler partout. Parce que c’est ça être un enfant. C’est galoper, se salir et surtout bien rire. Je me souviens des frustrations que je ressentais quand on m’empêchait de sauter dans les flaques d’eau ou de jouer à la gadoue. Toutes ces choses géniales qu’on ne refera pas une fois grands.

Peut-être est-ce que j’évoque une non-éducation ici mais je ne le crois pas. Je crois qu’apprendre aux enfants à différencier ce qui est dangereux de ce qui ne l’est pas, ce qui est vraiment mal de ce qui n’est pas grave, c’est une bonne éducation. En tout cas c’est celle que je veux me donner et donner à mon fils.

A force de tout mettre sur une même échelle de gravité, on désapprend aux enfants à se connaître, connaître leurs véritables limites, leurs peurs à eux et celles qu’on leur donne, leurs envies, leurs émotions et leurs sensations. On ne leur apprend pas à avoir confiance en eux, surtout.

En fait, j’espère réussir à donner à mon enfant un aperçu de ce qu’est le monde quand il est libéré des millions règles qui nous contraignent. Lui apprendre à s’écouter, se connaître et surtout, surtout à écouter sa petite voix intérieure. Celle qui nous dit quand on fait bien ou mal. Celle qu’on nous apprend à étouffer à force de penser pour nous lorsque l’on est enfant. J’espère réussir à lui apprendre la liberté, vraiment. Sous certaines conditions, avec certaines règles, bien évidemment mais uniquement les plus importantes, uniquement pour ne jamais nuire par égoïsme à autrui. Apprendre quant à moi à ne pas paniquer pour rien, à ne pas être sur son dos pour tout, à relativiser et ne pas constamment crier parce qu’il ne va pas assez vite, parce qu’il met de l’eau partout dans la salle de bain, parce qu’il fait des miettes ou qu’il se tâche. Lui apprendre plutôt à nettoyer ses bêtises et à comprendre pourquoi il faut faire ci ou pas ça.

J’ai envie d’avoir un enfant qui réfléchit et non pas qui applique les choses par peur de se faire hurler dessus. J’ai vraiment envie d’avoir un enfant libre, conscient de l’être à terme et heureux de l’être.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s